Festival Dancing People Don’t Die 2019

Quand :
4 octobre 2019 @ 20 h 30 min – 6 octobre 2019 @ 18 h 00 min
2019-10-04T20:30:00+02:00
2019-10-06T18:00:00+02:00
Où :
LaPéniche
52 quai Saint-Cosme

Toute l’équipe de LaPéniche est heureuse de vous présenter la deuxième édition de Dancing People Don’t Die sous cette forme !
2 jours, 2 scènes, des surprises en préparation !

>>>>> Vendredi 4 octobre

Ifriqiyya Électrique
Ifriqiyya Electrique puise son inspiration dans le rituel adorciste de la Banga des anciens esclaves haoussas d’Afrique noire, installés dans le Djérid tunisien aux portes du Sahara. Les esprits communiquent avec ordinateurs et guitares électriques pour recomposer l’ancestral rituel adorciste, illustré par d’envoûtantes images projetées en live pour que le public se perde et hurle avec les adeptes de la Banga. Les esprits possèdent les corps, demandent à se nourrir d’une musique à la modernité évidente.

Throes + The Shine
Né de la rencontre improbable du rock noisy de Igor Domingues et Marco Castro (Throes) et du kudoro Mob Dedaldino (The Shine), le résultat est un cocktail explosif de rythmes hyper-dansants, entre le zouk, le hip-hop et l’électro, le tout tabassé par des guitares et claviers saturés. Cette collaboration augure un nouveau genre : le rockuduro. La fusion électrisante de la musique expérimentale aux riffs rock anglo-saxons des Throes, alliée aux sonorités angolaises des jeunes de The Shine, donne au groupe un jeu gagnant, convaincant, et fait déjà vibrer les clubs et les festivals internationaux. Une énergie scénique à couper le souffle qui ne laisse personne indifférent. L’un des projets les plus frénétiques et passionnants que le Portugal ait jamais connu.

TAXI KEBAB
Taxi Kebab c’est la rencontre entre la musique électronique analogique et une guitare modulée influencée par le chaâbi et la musique arabe des joueurs de oud tels que les marocains Saïd Chraïbi, Haj Younes, Abid Bahri ou l’irakien Naseer Shamma. Leur musique sillonne de nuit les routes marocaines et parcourt ses paysages entre improvisation instrumentale, textes chantés en darija (dialecte marocain) et sursauts ardents. En roue libre se développe un son psyché, désorienté et « désoriental » dans une atmosphère sombre et envoûtante.

SkïzoFred
C’est le one man band original de Fred Bongo, qui consiste à un solo instrumental improvisé, samplé en live.
Un looper, des percussions électroniques, une basse, un ukulélé et une batterie, tels sont les ingrédients utilisés par SkïzoFred pour créer de la musique en direct, aux influences diverses et variées, de l’afro-beat à l’électro, en fonction de l’inspiration du moment… C’est le mariage réussi de la musique traditionnelle et de la musique électronique, que l’on peut aussi qualifier de techno artisanale. Son seul mot d’ordre est de faire danser en faisant groover les machines, et ça fonctionne plutôt bien!

>>>>> Samedi 5 octobre

High Tone
High Tone se forme en 1997 sur les pentes de la Croix-Rousse alors en pleine émulation – animées par un feeling rave et un esprit punk jamais démenti : do it yourself, indépendance, revendications. Partant du dub, ils ont construits leur propre univers, vaste et complexe, ouvert aux collaborations et toujours accessible. Estampillé ethno-dub à leurs débuts, High Tone a fait évoluer la terminologie autant que les infuences, deve- nant à son tour source d’inspiration et s’inscrivant pleinement dans ce que l’on nomme aujourd’hui la Bass Music. Après avoir fêté leurs 20 ans d’existence en 2018 avec la sortie de l’album de remixes ainsi que la tournée «Dub to Dub», High Tone revient avec un nouvel album «Time Has Come», à paraître sur le label Jarring Effects le 1er mars 2019.

La Fraicheur
D’abord à Paris, puis à Montréal et Berlin et désormais à Barcelone, cela fait plus de dix ans que La Fraicheur concocte son savant mélange de beats Deep House & Techno, saupoudré de sons Bass & Booty tropicaux et très soul quand l’envie la prend. Ce DJ aux sets marathoniens est résidente aux fameux clubs berlinois Wilde Renate et Mensch Meier, ainsi que membre du réseau Female:Pressure. Infatigable lors de ses mixs, elle enchaîne tout, des grands classiques aux nouveaux morceaux, parfois sortis quelques heures seulement avant le début de son set… Aujourd’hui, elle ajoute une corde à son arc en produisant sa propre musique, commençant en 2016 par la sortie d’une poignée d’EPs, passant d’une tech-house rave aux dimensions épiques à de l’éléctro sombre et rythmique, ou encore d’une deep house aérienne et spacieuse à de l’éléctronica mélancolique.

Louisahhh
Derrière des platines depuis l’âge de 17 ans, Louisahhh s’est déjà fait un nom, à la tête des charts avec ‘Let the Beat Control Your Body’ ou ‘Nobody Rules the Street’, sans mentionner des sorties solo impressionnantes (l’excellent Shadow Work en 2015) et plusieurs collaborations avec Maelstrom. Ensemble, ils fondent le label RAAR, label techno pour les punks, et punk pour les raveurs ! Productrice, DJ, compositrice, Louisahhh ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et travaille sur une nouvelle création pour fin 2019. Plus d’infos à venir !

Sara Zinger
Dj/productrice, Sara Zinger s’impose comme l’une des révélations de la musique électronique en 2018. Tout débute en 2010, lorsqu’elle s’achète pour la première fois des platines. Une première résidence au Trolleybus, puis les soirées « Backroom » à La dame Noir, l’emblématique club marseillais où elle affirme s’être « véritablement trouvée dans la musique » signent le début de ses marathons nocturnes en parallèle de ses boulots. Quelques années plus tard, elle se lance dans la composition et sort le Closer avec Wielki (sur Way of House) et Bastard (sur Nein Records). On y perçoit déjà l’identité musicale de Sara Zinger, sur un registre électro-techno. En 2017 les choses s’accélèrent encore, elle entame une nouvelle séquence après avoir rencontré Jean-Pierre « JP » Léon, batteur et producteur de Date With Elvis. Elle gagne d’ailleurs le prix BPM au tremplin BPM Contest en en chantant près du public Go back, qui mêle ses influences new wave à des inspirations plus mainstream.

Beaucoup Beaucoup
Beaucoup Beaucoup est un duo d’électro-techno 100% modulaire. Deux producteurs originaires de la contre-culture électronique s’entourent d’une armada de synthés et autres boîtes à rythme entièrement analogiques. Ils jouent en live une techno organique, puissante, inspirée par des artistes tels que Dave Clarke, DJ Hell, mais aussi par des sonorités plus sombres comme celles de Paula Temple. Que ce soit sur scène en format concert ou bien en live dans leur camion, déambulant ou fixe, le duo partage avec le public beaucoup de sueur et beaucoup d’amour.

Sundl
Sundl est un projet né en bourgogne visant à casser les codes du concert classique. A mi chemin entre la trip hop, l’ambient et la noise, cette esquisse musicale a pour dessein de pousser le spectateur dans ses derniers retranchements, de le mettre au centre d’un univers synthétique riche d’expérimentations analogiques.

[Oxyput Compagnie] : Les Pénibles
Face à la montée écrasante de l’immobilisme dans les salles de concerts, OXYPUT monte un collectif de pénibles. Deux performeuses (et plus si affinités) aux multiples outils pour retourner les espaces et activer l’énergie en plein cœur de la fosse. Spécialement dédiées aux univers rock, noise, métal, électro, elles se font le transformateur de la conduction électrique la plus dense : de la scène à la fosse vers l’harmonie frénétique !
____________________________
Les Bonus !!!!
– Mardi 1er oct. : Atelier danse groove avec Les Pénibles ([Oxyput Compagnie]) : Préparation à l’attentat sonore du samedi 5 oct. Inscriptions à prod@lapeniche.org

– Mercredi 2 oct. : Atelier découverte musiques électroniques avec Infracid / 3 sessions de 30 min entre 16h et 18h. Inscriptions à prod@lapeniche.org

– Vendredi 4 oct. à 17h30 : TAXI KEBAB en showcase chez Gibert Joseph Chalon à 17h30.

– Vendredi 4 oct. à 18h30 : Vernissage de l’exposition « Collection Trombinoscope » du collectif adscite à Chalon 3000 sur le site de l’Abattoir, avec notamment des œuvres des artistes de Dancing People Don’t Die 2018 !

– Samedi 5 oct. : Atelier découverte musiques électroniques avec Infracid / 3 sessions de 30 min entre 10h et midi. Inscriptions à prod@lapeniche.org

– Samedi 5 oct. 19h à 20h : Débat « À vrai dire » animé par ODIL : « La place de la femme dans le spectacle vivant ». Ouvert au public. La table ronde aura lieu dans l’Âme des Cochons, sur le site de l’Abattoir.

– Samedi 5 oct. : Attentat sonore avec Les Pénibles ([Oxyput Compagnie]) // Lieu et horaire inconnus =p
____________________________
Tarifs vendredi :
– Prévente : 9 € (hors frais de loc.)
– Tarif réduit sur place : 9 €
– Tarif carte Avantage Jeune : 9 €
– Plein tarif sur place : 12 €

Tarifs samedi :
– Prévente : 17 € (hors frais de loc.)
– Tarif réduit sur place : 17 €
– Tarif carte Avantage Jeune : 17 €
– Plein tarif sur place : 20 €

Pass 2 jours :
– Prévente : 24 € (hors frais de loc.)
– Tarif réduit sur place : 24 €
– Tarif carte Avantage Jeune : 24 €
– Plein tarif sur place (vendredi) : 28 €

Les abonnés LaPéniche auront un cadeau à l’entrée 😉

Billetterie : https://bit.ly/2Y8qB45 ou Gibert Joseph Chalon
___________________________
Horaires à venir
Pas de paiement CB à la billetterie.
Paiements CB au bar acceptée.
____________________________
Dancing People Don’t Die by LaPéniche
Site de l’Abattoir
52 quai Saint Cosme
71100 Chalon-sur-Saône
www.lapeniche.org